LES VINS DES DOMAINES PIERRE GAILLARD

DOMAINES GAILLARD PIERRE

Pierre Gaillard affirme chaque année sa préférence pour la netteté des arômes de fruits, délicatement extraits par des macérations à froid sur les rouges, par des macérations pelliculaires sur les blancs. Pour répondre à cette exigence de pureté aromatique, les vins sont fréquemment aérés, dans une cave où une hygiène parfaite est respectée.   Les vins rencontrent les barriques de chêne très tôt au cours de leur élaboration : dès la fermentation alcoolique pour les blancs, avant la fermentation malolactique pour les rouges. Convaincu que le fût apporte une complexité aromatique nouvelle, Pierre Gaillard recherche néanmoins un fondu harmonieux des arômes du bois avec ceux du vin. L’ajustement du pourcentage de barriques neuves en fonction des cuvées et des millésimes joue en faveur de la finesse de cette alliance.

 

Pierre Gaillard est passionné par la vigne. Cette passion, il la manifeste dès l’âge de douze ans lorsqu’on le surprend dans les vignes proches de sa maison, accompagné d’un cheval pour y conduire le labour… Sa voie est tracée, il sera vigneron. Ainsi, en 1981, il achète ses premières terres en Saint-Joseph et fait revivre le « Clos de Cuminaille », ancien domaine viticole de l’ère romaine.   En 1987, il décide de consacrer son temps et sa passion à ses vignes…Il crée alors son exploitation sur les hauteurs du village médiéval de Malleval, à mi-chemin entre le Rhône et le Mont Pilat. Sans tarder, il poursuit la construction du vignoble, défriche, aménage et plante chaque année de nouvelles parcelles dans les coteaux des appellations Côte-Rôtie, Condrieu et Saint-Joseph. 

   

Ce vignoble particulièrement étendu, dans une région au passé géologique agité, est à l’origine d’une grande diversité de terroirs et d’appellations :

2 ha en Vin de Pays Syrah, Viognier

3,3 ha en Côte-Rôtie

1,5 ha en Condrieu

7 ha en Saint Joseph

1,5 ha en Côtes du Rhône

Le climat est de type continental modéré. Il se caractérise par des étés chauds et secs qui concourent à limiter la vigueur des vignes, condition nécessaire à l’obtention de raisins à haut potentiel qualitatif. Quelques parcelles sont placées en altitude. Elles bénéficient d’un climat particulier, plus froid, qui apporte fraîcheur aromatique et vivacité aux vins blancs qui en sont issus. Plantées sur les derniers contreforts du Massif Central, les vignes regardent le Rhône poursuivre son cours vers le sud. Cette exposition, associée à la forte déclivité des coteaux, ménage des conditions d’ensoleillement optimales. Dans les pentes abruptes, la terre est maintenue par des terrasses de murs de pierres sèches. Par leur capacité à emmagasiner la chaleur du jour et à la restituer la nuit, ces pierres tendent à réchauffer encore le climat des vignes. Les sols sont constitués de schistes en décomposition en Côte-Rôtie et de granites altérés en Saint-Joseph, Condrieu, et Côtes-du-Rhône. Les cépages Syrah, Viognier et Roussanne sont cultivés sur ces sols légers, perméables et chauds qui limitent naturellement leur vigueur. Les rochers affleurant sur certaines parcelles témoignent de la proximité des socles schisteux et granitique. La vigne est donc contrainte de s’enraciner dans les aspérités de la roche-mère pour y puiser directement les éléments nécessaires à son développement. Pierre Gaillard conçoit la vinification comme le moyen d’exprimer le meilleur de ses terroirs. C’est dans cette logique qu’il vinifie chaque parcelle de façon séparée, en faibles volumes, afin de révéler en finesse la personnalité de chacune.  Les vinifications privilégient l’expression la plus élégante de la puissance des terroirs, par la recherche du meilleur équilibre entre alcool, acidité et moelleux. L’extraction des matières sur Côte-Rôtie et Saint-Joseph apporte l’intensité aromatique et les tanins à l’origine de leur potentiel de garde, leur finesse étant privilégiée. La vinification des blancs de Viognier et de Roussanne ménage un bon équilibre entre gras, acidité et puissance aromatique.