GEVREY CHAMBERTIN DOMAINE TRAPET PERE & FILS OSTREA - 2011

  • Description
  • En savoir plus

Le vaste finage, qui compte pas moins de 450 hectares, offre une unique et rare diversité de terroirs qui vont des marnes de lias sur les coteaux aux graviers des crais. De ces terroirs naissent des vins à la rondeur carrée! Arpentons ensemble ces lieux qui, une fois amoureusement choisis composent nos Gevrey-Chambertin village.

BOURGOGNE - COTE DE NUITS - ROUGE
Les Gevrey-Chambertin « Force et finesse » Il mêle la grâce à la vigueur; il associe la force à la finesse et toutes ces qualités contraires, conciliées entre elles et lui, lui composent l’admirable synthèse d’une générosité unique et d’une vertu complète. Gaston Roupnel. Complexes, subtils et affirmés les lieux-dits de Gevrey-Chambertin sont parmi les plus réputés de Bourgogne. La raison en est simple. Le vaste finage, qui compte pas moins de 450 hectares, offre une unique et rare diversité de terroirs qui vont des marnes de lias sur les coteaux aux graviers des crais. De ces terroirs naissent des vins à la rondeur carrée! Arpentons ensemble ces lieux qui, une fois amoureusement choisis composent nos Gevrey-Chambertin village.Commençons par le premier d’entre eux. En Dérée, superbe parcelle, située à mi-coteau en direction du petit village de Brochon, bien exposée et bien drainée, elle constitue l’ossature puissante de notre Gevrey. Son nom évoque probablement à l’époque gauloise « le désert » ou terre en friche réfractaire à toute culture car difficile à travailler. La parcelle des Champérrier, voisine de la première, nous donne des vins qui émerveillent par leur densité et leur texture. Il s’agit là de notre plus vieille vigne de Gevrey, plantée par Pierre Arthur TRAPET en 1913. Rapprochons-nous maintenant du vieux château et du centre de Gevrey, où se trouve notre Clos de Combe. Ceint de beaux murs de pierres sèches, il nous offre des vins fermes et colorés, d’une chair pleine et savoureuse. Le mot Combe désigne ici l’endroit où le relief est échancré et entaillé. En direction des Grands Crûs, la Petite Jouise, montre ses belles « queulles » d’une cinquantaine d’années. Son nom révèle l’existence au Moyen Age de fourches patibulaires. A cet endroit s’exerçait la justice seigneuriale. Ce crû a fort heureusement perdu ses fourches de bois, remplacées aujourd’hui par des paisseaux qui soutiennent une vigne aux raisins d’une grande finesse.Terminons enfin notre périple par un lieu bien nommé Vigne Belle ; endroit où la vigne est belle et prospère. Aspiration permanente du vigneron, la vigne belle aux grappes subtiles rend intelligible la sève de nos terroirs ! 2011 Assurément, il nous en aura fallu de la volonté et de la pugnacité pour accompagner ce millésime aussi éprouvant que passionnant. Aujourd’hui, loin des interrogations de l’été 2011, les vins de ce millésime «hors normes» nous étonnent par leur naturel, leur précision et leur élégance…Du beau, du grand beau! Après un hiver assez clément marqué par beaucoup de douceur et un régime hydrique plutôt bas qui nous permet d’avancer notre travail de taille sereinement, le printemps fait une entrée fracassante! Peut-on, d’ailleurs, réellement parler de printemps? Des températures incroyablement chaudes dès le mois de mars et qui se maintiendront jusqu’à fin juin, cette météo ressemble plutôt à l’été… Ce printemps restera longtemps dans nos mémoires, les pleurs de la vigne, le débourement puis sa croissance, tout va si vite! Les vignerons ont-ils le don d’ubiquité? Oui sans doute, puisqu’il nous faut,tout à la fois ébourgeonner, labourer, traiter et passer nos préparats bio dynamiques. . .Nous comptons alors, avant la floraison plus de trois semaines d’avance sur certaines années réputées précoces! Cette fleur, d’ailleurs ne se fait pas attendre et dans ces conditions, s’enclenche rapidement,en Chapelle des effluves enivrantes se font sentir dès le 15 mai!Va-t-on encore une fois vendanger au mois d’août? Si l’on s‘en tient à l’observation de la pleine fleuron peut sérieusement l’imaginer! Instabilité!Mais cette situation qui nous semble aussi inhabituelle qu’éprouvante ne dure pas. Le corollaire de ces hautes températures dépassant bien souvent les 30°, est, on le sait, l’instabilité atmosphérique… De nombreux orages et parfois de la grêle viennent alors frapper la côte de Beaune et la côte de Nuits à partir du mois de juin. Instabilité qui hélas durera tout l’été.Dame nature dans son grand courroux, soufflant le froid, puis le chaud et fera alterner tour à tour,des passages pluvieux et des périodes ensoleillées… Une partie de nos Gevrey seront même un peutouchés par la grêle du 23 juillet, mais heureusement sans grande gravité.Il fait froid, le temps est maussade et peu ensoleillé, la véraison ne s’enclenche alors qu’à partir du 20 juillet. Ces vendanges, nous les pensions précoces, nous les espérions sereines, elles seront retardées de semaines en semaines et cette attente éreintera les esprits les plus forts! Cependant, comme nous l’avions déjà observé en 2007, nous présentons que ce développement lent et mesuré est le garant de la complexité aromatique de nos vins. Aussi, bien décidés à soutenir cette plante volubile, pugnaces et volontaires, tout sera entreprit pour accompagner ces petits raisins,Les «silice de corne», seront doublées voir triplées et les tisanes de prêle, de valériane et de pissenlit, grands dispensateurs de bienfaits arroseront copieusement nos vignes! Patience… Encore une fois, nous comptons près de 115 jours depuis la floraison pour que les raisins arrivent à une entière et parfaite maturité! Encore une fois, il nous être patients mais la vigne profite au mois d’août de très belles périodes ensoleillées pour parfaire sa maturité. Nous allons enfin pouvoir bénéficier du prolongement des superbes conditions anticycloniques pour récolter les fruits de notre volonté… Les vendanges débuteront le vendredi 3 septembre!A la veille des vendanges, les raisins sont beaux mais nous constatons cependant, que certainesparcelles présentent pas mal d’hétérogénéité, et ce au coeur de chaque cep et même au sein de lamême grappe! Cela viendra compliquer notre travail de tri mais notre nouvelle réception de cuveries’avérera de plus utiles!Pouvait-on imaginer une telle promesse? Les raisins qui arrivent dans la cuve minutieusement sélectionnés, sont beaux!Ils comportent de plus de nombreuses petites grappes millerandées que nous laisserons entières. Récompense ultime, cette récolte conquise de haute lutte, n’en est que plus belle. Aujourd’hui, les vins sont en bouteilles et l’expression aromatique qui se dessine est précise, suave,charmeuse et élégante. Les vins possèdent de surcroît ce supplément d’énergie et de tension qui sied si bien à nos bourgognes ! Nous vous laissons le plaisir de les découvrir. Source : Domaine Trapet