CHATEAUNEUF DU PAPE CLOS DES PAPES (MAGNUM) - 2013

  • Description
  • En savoir plus

Des vendanges manuelles bien entendu, avec un tri à la coupe, un deuxième tri à la benne, un troisième sur camion, une dernière sélection sur tapis à l’entrée en cave. Les raisins rouges sont égrappés (depuis 1991), puis entonnés par gravité dans des cuves en béton carrelé équipées de drapeaux (contrôle des températures).

RHONE SUD - AOC - CHATEAUNEUF DU PAPE - ROUGE
Clos des Papes : souverain châteauneuf-du-pape Quelques unes des grandes pages de l histoire de Châteauneuf-du-Pape se sont écrites ici, sur les terres de la famille Avril. À l ombre du palais papal, elle défend un style bâti sur l élégance des équilibres naturels. Le Clos des Papes fait partie des domaines historiques de Châteauneuf-du-Pape (vallée du Rhône), avec une histoire marquée par la remarquable continuité de la famille Avril. L’un de ses membres était premier consul de la cité en 1756. Grâce à cette lignée masculine, ce sont toujours des Avril qui tiennent les rênes de ce domaine emblématique dont le terroir d’origine est blotti sous le château papal. Après son grand-père qui œuvre pour la naissance de l’appellation, Paul Avril a porté le domaine au sommet de sa réputation. Véritable gardien du temple des traditions, il résiste aux modes passagères et démontre le bien-fondé des équilibres naturels. Paul Avril est parti à l’âge de 72 ans en 2009, son fils Paul-Vincent a repris les commandes du Clos des Papes, dans la plus stricte continuité. Après des études au lycée viticole de Beaune, il s’oriente plutôt vers la viticulture alors que son père avait opté pour l’œnologie à Dijon. L’école bourguignonne à Châteauneuf-du-Pape : le style des vins, équation entre puissance et finesse, trouve là une explication. Cela n’a pas empêché Paul-Vincent de travailler avec Raoul Blondin à château Mouton Rothschild ou avec l’excellent Pierre Coste, grand dégustateur de vins de Bordeaux. "Il me faisait déguster dix vins à l’aveugle tous les soirs." Un détour chez la famille Ott à Romassan (Bandol) où il approfondit sa passion pour le mourvèdre, un IUT vins et spiritueux, un passage aux Caves Legrand à Paris, un travail chez un importateur de vins à Zurich, des vinifications en Australie, jusqu’à ce que son père le fasse revenir au domaine. Grâce à ces pérégrinations, aucune des facettes de la filière vin ne lui est étrangère, il a acquis une belle expérience mais a gardé la ligne familiale. Son père et lui ont toujours aimé les mêmes vins, à tel point que, chacun de leur côté, ils élaboraient les mêmes assemblages. Rien d’étonnant donc à ce que la transition se soit effectuée dans la ligne directrice du Clos des Papes, celle qui a fait le succès de ses vins, à savoir une tradition mâtinée d’élégance. Sur le fil du rasoir Le terroir est morcelé, les 32 hectares se répartissent en 24 parcelles. Issus de secteurs différents qui recouvrent toutes les situations de l’appellation, les sols et les microclimats sont très différents, un vrai gage de complexité. On peut distinguer des terroirs de finesse et des terroirs de puissance. Des sables, des terroirs caillouteux classiques, des sols plus argileux, mais aussi des parcelles en pente nord, d’autres plus exposées aux chaleurs rhodaniennes. Un cocktail qui a permis de planter chaque cépage sur le terroir qui l’amène à son optimum de qualité?: des grenaches en conditions plus froides, des syrahs sur les sols pauvres et caillouteux, des mourvèdres sur les sols plus riches en argile. Si e grenache (65%) n’exprime sa finesse et sa personnalité qu’au-dessus des 14,5% de richesse alcoolique, il peut très vite basculer sur la confiture, la syrah (10%) est ici à sa limite méridionale de culture qualitative et le mourvèdre (20%) à sa limite septentrionale, c’est dire si on joue sur le fil du rasoir et que la détermination des justes maturités est essentielle. D’autant qu’ici on vinifie en cépages assemblés, véritable équation à résoudre chaque année. La variété des parcelles, leur exposition, les secteurs très différents, le morcellement du domaine, la fréquence des prélèvements, sont des atouts pour résoudre le problème, mais il faut réagir vite pour cueillir à maturité optimale. Le clos historique occupe 3,70 hectares au pied du château, il est conduit en terrasses avec enherbement des talus, sur lesquelles tous les cépages de l’appellation sont plantés, une véritable leçon sur l’AOC Châteauneuf-du-Pape. En blanc, les six cépages sont représentés. Le vignoble est certifié en “bio” depuis quatre ans. Les vignes sont âgées, jusqu’à 80 ans, si le grenache est conduit en gobelet, la syrah est palissée en cordon de Royat et le mourvèdre en gobelet érigé. Depuis cinq ans, le rendement s’établit autour des 18 hectolitres par hectare (13,5 en 2013). "?J’ai fortement baissé les rendements grâce à l’ébourgeonnage et le travail du sol, car à 35hectolitres par hectare, je considère que l’on fait du vrac?! On peut laisser jusqu’à 30% par terre comme en 2012", dit Paul-Vincent?. On renouvelle 50 ares tous les ans, l’esca fait ici des dégâts, avec une sélection massale. C’est le même personnel qui conduit tous les travaux de la vigne, de l’ébourgeonnage à la vendange. Une rigoureuse politique de tri Des vendanges manuelles bien entendu, avec un tri à la coupe, un deuxième tri à la benne, un troisième sur camion, une dernière sélection sur tapis à l’entrée en cave. Les raisins rouges sont égrappés (depuis 1991), puis entonnés par gravité dans des cuves en béton carrelé équipées de drapeaux (contrôle des températures). Les fermentations se déroulent entre 30 et 32°C, sur un pied de cuve naturel, avec des remontages classiques, matin et soir. Les cuvaisons totales atteignent un mois pour compenser l’éraflage, mais il ne faut pas que les tanins s’imposent. Au décuvage, les pressoirs viennent sous les cuves et recueillent le marc par gravité. Les vins attendent leur “malo” tout l’hiver, puis sont élevés un an en foudres de 20 à 55 hectolitres, on assemblera alors certaines cuves. Il n’y a pas de bois neuf au Clos des Papes. Même si on remplace un foudre tous les deux ans?: le foudre neuf va contenir du vin de table pendant trois ans pour épuiser ses tanins. Ici on ne filtre plus depuis 1988, mais les vins sont collés et subissent une précipitation tartrique naturelle. Des blancs sans "malo" Pour les vins blancs, les grappes entières issues de tous les cépages assemblés sont pressées, les jus sont débourbés une nuit à froid, on laisse remonter les températures jusqu’à 21° C. Pas de “malo”, les vins sont gardés sur lies fines jusqu’au printemps en cuves inox. La mise en bouteilles a lieu par gravité. Une nouvelle cave souterraine accueille désormais le bouteiller. Le style des vins du Clos des Papes Il n’y a pas de cuvée spéciale au Clos des Papes, le vin est l’expression de l’ensemble du domaine, une sorte de synthèse de toutes les facettes de Châteauneuf-du-Pape. Une expression des vins rouges faite d’architecture, la forte proportion de mourvèdre n’y est pas étrangère, de puissance équilibrée, avec ce fruité inimitable du grenache mature, de finesse aromatique, les épices de la syrah parlent ici haut et fort, mais surtout de qualité phénolique exceptionnelle, avec des tanins satinés et raffinés à l’extrême. La force alcoolique, bien réelle, est toujours sous-jacente, mais équilibrée par une fraîcheur balsamique qui tend bien les vins, les rend appétants et vibrants. Tout ceci demande cependant un peu de temps. Dans les premières années, le mourvèdre est devant, il faut carafer les vins. Au bout de six à sept ans le grenache revient, la complexité est alors au rendez-vous. Mais c’est après une dizaine d’années que le grand vin se dévoile, avec son ampleur, son satiné, sa palette aromatique excitante pour une carrière de plusieurs décennies. Quant aux vins blancs, ils sont eux aussi évolutifs, passant des arômes floraux avec une grande minéralité aux senteurs miellées et de fleurs séchées, et se stabilisent pour des longévités exceptionnelles. De grands vins de gastronomie. FICHE D IDENTITÉ Terroir ?: 32 hectares (grenache, mourvèdre, syrah, counoise, vaccarèse, muscardin, clairette, picpoul, grenache blanc, roussanne, bourboulenc, picardan…) Source : La RVF