RIESLING DOMAINE WEINBACH (Colette Faller) CUVEE SAINTE CATHERINE SCHLOSSBERG - 2015

  • Description
  • En savoir plus
ALSACE - RIESLING - BLANC - GRAND CRU
Note Parker: 90/100, à boire jusqu en 2021. En 1998, le Domaine Weinbach a commencé à pratiquer la biodynamie sur 8 hectares. La culture du reste des vignobles était basée sur des méthodes biologiques classiques. Depuis le millésime 2005, l ensemble des vignobles (28 hectares) est travaillé en biodynamie. Origines: Définie en 1924 par Rudolf Steiner, développée par Maria Thun, la bioynamie est une méthode de culture qui va plus loin que le travail des sols et la simple exclusion de l emploi de produits chimiques de synthèse. Principes: Les principes de la biodynamie peuvent être résumés sommairement dans les trois points suivants : la valorisation du sol et de la plante dans son environnement naturel grâce à des préparations issues de matières végétales (ex. ortie, prêle, saule en plus des pulvérisations de cuivre et de soufre partagées avec la biologie classique), animales (ex. bouse de corne 500) et minérales (ex. silice de corne 501). Ces préparations sont appliquées soit sur le sol, soit sur la plante elle-même. Elles agissent comme des catalyseurs sur les forces de vie et renforcent les défenses naturelles de la vigne; l application de ces préparations à des moments précis de l année. C est la partie dynamique qui prend en compte l influence des positions de la lune et des planètes sur les rythmes propres de la plante. La biodynamie reconnaît dans la terre, prise au sens large (roche mère, terre labourable, environnement aérien), un organisme vivant à part entière; le travail du sol par des labours et des griffages. Buts : Il s agit de créer des conditions de vie harmonieuses entre terre, plante et environnement en favorisant notamment : l amélioration de la qualité de la terre par la présence d une grande variété de bactéries (microflore) et d une faune abondante (notamment vers de terre qui aèrent le sol). En effet, le sol n est pas un simple support pour la vigne mais un milieu de vie, source d énergie pour la plante tout comme son environnement aérien; un meilleur enracinement de la plante, avec des racines plus denses et plus allongées; un meilleur développement des feuilles et des fleurs en optimisant l énergie nécessaire à une fructification harmonieuse. Conclusion : La biodynamie peut être considérée comme une façon marginale de faire le vin, elle repose cependant sur des méthodes ancestrales qui se pratiquent souvent empiriquement dans les jardins potagers. Nous connaissons également l importance de la lune, du soleil et des astres sur les marées. Biologie et biodynamie ont en commun le labour des sols, l abandon des fertilisants chimiques, pesticides et fongicides de synthèse dont les effets exacts à moyen et long terme ne sont pas maîtrisés. Ces produits de synthèse interfèrent avec la vie et les équilibres naturels et peuvent causer une dénaturation de l organisme vivant dans son entier. Nous mettions en pratique les deux philosophies en parallèle pendant un certain temps afin de mieux étudier et comparer les particularités de chacune. La mise en application de la biodynamie, qui rend les raisins plus complexes mais aussi plus sensibles, doit être adaptée avec précision à nos différents terroirs et à la météorologie de l année.Il ne fait aucun doute que la biodynamie, avec l expérience que nous avons acquise au fil des ans, apporte une autre dimension à la culture de la vigne. Une vigne en harmonie avec son environnement produit un raisin plus complexe et plus naturel et donc un vin plus complexe, plus authentique et en définitive plus unique. Les Riesling du Domaine, aux fruités fins et délicats, sont des vins racés, nerveux, secs mais bien mûrs et longs en bouche. Prestigieux cépage, le Riesling, roi des vins d Alsace, occupe une place privilégiée dans nos vignobles et dans nos cœurs. Le terroir du Schlossberg magnifie son expression, les différentes parcelles donnent naissance à différentes cuvées. Ils s harmonisent à merveille avec les poissons (cuits ou crus), les crustacés et fruits de mer, la choucroute. Ils aiment aussi bien sûr le coq au Riesling, certaines préparations de viandes blanches, sans oublier les fromages de chèvre. Riesling Grand Cru Schlossberg Cuvée Sainte Catherine Origine : nos plus vieilles parcelles de Riesling, situées à mi-coteau du Schlossberg. Le Riesling Schlossberg Cuvée Sainte Catherine est le plus riche de nos Riesling secs il présente des arômes complexes de grande maturité, beaucoup de charpente, de gras, tout en préservant l indicible élégance du Riesling. Cette cuvée est superbe sur les poissons en sauce, le homard, et certaines préparations de volailles SOURCE : Domaine Weinbach Il est difficile de décrire les vins de ce domaine, de par l évidente transparence permettant de lire l expression du terroir et du fruit. Il y a de plus en plus de pureté dans ces vins, comme ici, avec une trame entre ferme et fluide. Nez : fruité, boisé, epicé, végétal Bouche : Blanc puissant, onctueux Appellation : Riesling, Grand cru Schlossberg Millésime : 2009 Température de service : 10 à 12°C Accords Mets-vin : Des entrées froides (autour des légumes, des terrines, des chèvres frais) Desserts à base de fruits jaunes ou fruits exotiques Des mets aux saveurs iodées, crus ou cuits (coquillages, moules, palourdes, clams), fruits de mers ( bulots, crevettes, huitres), crustacés froids et chauds ( homard, langouste), poissons crus et marinés et/ou carpaccio Un poisson noble, à chair ferme, de mer ou d eau douce (sole, bar, saint-pierre, cabillaud, saumon, omble chevalier, truite) Des fromages bleus Cuisine asiatique (sushi, sashimis) Cuisine en sucré/salé Fromages de chèvres frais et affinés Note: 18.5/20. source GaultMillau. The Weinbach 2009 Riesling Schlossberg Cuvee Saint Catherine appears to reflect its older vines in its textural richness, palpable extract, and spine that are able to effectively support a relatively voluminous (14% alcohol) wine. Quince, white peach, lime, orange, and licorice make for an attractive nose and serve for juiciness and a surprisingly enlivening sense of citricity on the palate that carries into a finish where - conspicuously unlike in some other Rieslings of this collection - a sense of dynamic interaction of flavors emerges. A salty streak serves for saliva inducement and helps encourage the next sip. This should satisfy for at least a decade. Both 2008 and 2009 were clearly challenging at Domaine Weinbach, many of their wines from the latter illustrating that vintage’s weaknesses. (Catherine and Collette Faller elected not to present me their - admittedly, at the time not yet officially approved - 2009 vintage V.T. and S.G.N. bottlings.) Harvesting at this estate is generally on the late side and in this instance continued until October 20, which I hypothesized while tasting might have been a bit too late for such nearly uniformly ripeness as seems to have prevailed by late September of 2009. The first vintage from this estate that I tasted as young wine was 1979 (‘though I did not visit until 1984), so I’ve experienced a full range of collections from cool, late growing seasons such as have nowadays become scarce; but only from a couple of genuinely ripeness-deficient vintages of the 1980s, and then again from 1996, can I recall acid levels as prominent as those harbored by the Weinbach 2008s, and this has rendered some of them youthfully severe or nervous, though one hopes and indeed expects that the best will calm down, round out, and harmonize over time, without losing their vivacity, focus, and in some instances power. Don’t be misled by the scores I have assigned to this 2008 collection: really, a question mark hangs over them all because it’s how these wines respond to bottle age which will determine the verdict that matters. A look at the 1996s provides some tantalizing clues but little confidence. Some 1996s have evolved beautifully, while others seem caught in a time warp, their agitated, faintly aggravating adolescent Sturm und Drang almost unseemly for their age. With all this in mind I recently revisited a bottle of 1981 Weinbach Gewurztraminer V.T. - a wine whose residual sugar was lower than that of most non-V.T. Gewurz at this address today, and whose acidity in youth was formidable - and that wine was spectacular. And as you’ll see from my notes, Gewurztraminer is the most likely candidate for stardom in the 2008 Weinbach collection. (For considerable detail on the slope origins of the many Weinbach cuvees, consult my reports in issues 188 and 175.) I can’t resist noting that suggested retail prices for the most recent releases are little more than half what I was being quoted as recently as three vintages ago, making the best of the current crop especially worthy of wine lovers’ attention, even though neither 2008 nor 2009 is among this illustrious domaine’s most consistently successful collections. source Robert Parker. This bright Riesling, light-weight and lithe, with well-defined acidity lending vibrancy to the tightly woven flavors of quince, white peach, lemon peel, tarragon and lemongrass. A salty tang of minerality adds a hint of saline to the wine, and shows on the long, lip-smacking finish. Drink now through 2029. 629 cases made.SCORE: 93/100.